Fonctionnement d’une serrure

Une serrure possède un mécanisme particulier. Ce mécanisme est depuis des siècles l’objet de fantasmes étant donné qu’il peut donner accès à tout ce qu’il y a de plus matériellement précieux dans le monde, à commencer par les plus grands trésors.

Toute serrure fonctionnant avec une clé possède donc un cylindre. Ce cylindre traverse la porte et permet d’ouvrir la serrure de part et d’autre de son support. Cependant, dans le cas d’une boîte ou d’un coffre, il n’a qu’un seul sens. A l’intérieur du cylindre se trouvent de très nombreuses pièces alignées au millimètre près. La serrurerie est une industrie de précision. Il suffit de voir les crans d’une clé pour s’en rendre compte. Un seul petit écart rend une clé différente d’une autre et ainsi utilisable pour une autre serrure.

La clé s’introduit donc dans ce cylindre. La partie métallique que la clé tourne est le rotor. La partie métallique restant statique, autour du rotor, est appelée le stator. La clé ne peut tourner le rotor seulement lorsque les goupilles et les contre-goupilles s’alignent parfaitement avec son relief. Si toutes ces pièces ne s’alignent pas, alors le rotor ne peut tourner, étant entravé par toutes ces goupilles. Les goupilles sont de petits pistons poussés par des ressorts, tout l’objectif de la clé est de faire en sorte que l’espace entre ses crans et le reste du rotor corresponde à la taille de la goupille.

Un cylindre comprend en moyenne cinq ou six goupilles. Lorsque ces goupilles sont bien alignées, la clé peut tourner et avec elle le rotor et le panneton. Ce dernier permet soit à un pêne dormant soit à un pêne demi-tour de s’ouvrir et de se refermer à souhait. La clé doit ensuite revenir à sa position de départ pour pouvoir ressortir.

blog

plus d'articles